Ces métropolitains s’unissent contre le Covid

Ces métropolitains s’unissent contre le Covid

Face au coronavirus, de nombreux habitants de Charleroi Métropole ont décidé d’agir, chacun à leur niveau. Découvrez quelques initiatives solidaires.

Cette liste est évidemment loin d’être exhaustive. N’hésitez pas à nous raconter comment, à votre niveau, vous agissez en ces temps chamboulés sur l’adresse info@charleroimetropole.be.

Des repas offerts aux hôpitaux

Six entreprises, dont Ono Studio à Pont-à-Celles et Les Tartes de Françoise à Seneffe, se sont rassemblées pour confectionner des boîtes-repas à destination du personnel soignant. La société Copains.Group, qui livre habituellement les maisons de repos et les hôpitaux régionaux, a lancé l’initiative. Après avoir offert des croissants, elle a réuni ces entreprises pour une opération de livraison de repas.

Au total, les bénévoles ont confectionné plus de 800 boîtes-repas composées de sandwiches, muffins, boissons bio, etc. Ces repas sont, notamment, distribués au personnel soignant du CHU Charleroi et du Grand Hôpital de Charleroi.

Vendeur déposant des tartes
Les Tartes de Françoise ont fourni des muffins pour les boîtes-repas (crédit: Gondola)

Une brasserie fabrique du gel hydroalcoolique

La brasserie de Chimay a fabriqué plus de 100 litres de gel désinfectant. Elle a acheté les ingrédients de base et a composé le produit selon les indications de l’OMS, sous l’œil aguerri d’un pharmacien.

Il s’agit par ailleurs d’une belle collaboration entre différentes associations et entreprises locales puisque, si la brasserie a réalisé le gel, l’initiative vient de la  Fondation Chimay-Wartoise. Par ailleurs, la verrerie de Momignies (Gerresheimer – lire notre précédent reportage) a fourni les flacons de verre, et l’imprimerie Deshorme s’est occupée des étiquettes.

Des visières et du matériel en 3D pour le personnel soignant

Un habitant de Sivry-Rance, Jacques Saintenoy, imprime des visières de protection avec deux imprimantes 3D. Dessinateur industriel, il a décidé d’agir sous les encouragements d’un médecin. Afin de respecter les règles strictes de sécurité, il travaille avec du polymère biodégradable, qui peut être lavé et réutilisé. Il a déjà produit plus de 70 visières.

À Charleroi, Martin, Alexis et Clément ont lancé une plate-forme pour créer des objets médicaux 3D. PCOM3D réunit institutions médicales et concepteurs d’objets en 3D (dessinateurs, ingénieurs, scientifiques, étudiants, etc.) afin de répondre aux besoins. Ce site met également à disposition tous les fichiers de fabrication.

À Fleurus, les entreprises Delplex, Deltenre&co et DHK, ont développé une visière de protection à destination du personnel soignant. Elles ont offert 1 000 masques aux hôpitaux de Charleroi.

C’est le cas, également, du FabLab Charleroi Métropole, qui met à disposition son matériel et son savoir-faire pour fournir aux hôpitaux de la région des visières de protection.

Personnel soignant portant une visière et un masque
Des designers 3D conçoivent les visières et les fabriquent avec une imprimante 3D directement chez eux (crédit: les échos)

Des communes soutiennent les indépendants et petits commerces

De nombreuses communes de Charleroi Métropole ont décidé d’aider les établissements Horeca, les commerçants… de différentes manières.

À Courcelles, Montigny-le-Tilleul et Charleroi, par exemple, les communes ont gelé les taxes pour certaines PME et indépendants. Cette action est en réflexion à Erquelinnes, Anderlues, Beaumont et Pont-à-Celles.

Des menus gourmets pour le personnel soignant

Vincent Gardinal, chef du Prieuré Saint-Géry, cuisine pour les médecins, infirmiers et autres soignants du Centre de santé des Fagnes. Il prépare une vingtaine de repas tous les jours.

Contacté par les Princes de Chimay, qui financent les matières premières issues des artisans et producteurs du coin, et assurent l’acheminement vers les hôpitaux, Vincent Gardinal confectionne bénévolement les repas.

Des groupes d’entraide

Hélène Lepère, conseillère communale à Cerfontaine, a lancé un groupe Facebook pour aider les personnes seules et isolées. Ce groupe permet aux habitants de s’entraider pour faire les courses, chercher des médicaments, confectionner des masques… Elle propose également un numéro de téléphone pour ceux qui ne sont pas connectés.

D’autres exemples fleurissent, par exemple à Erquelinnes pour soutenir les parents avec leurs enfants, à Walcourt pour aider les personnes vulnérables…

Certaines communes, comme Charleroi, Couvin, Anderlues ou Fleurus, ont créé leur plate-forme sur Impactdays, dans le but de mettre en relation les offres d’aide et les demandes.

Des bénévoles et des dons pour fournir des masques

L’entreprise Textilia à Farciennes, spécialisée en mercerie, encourage les particuliers à confectionner des masques. Elle fournit des kits et les matières premières, et de nombreux bénévoles se mettent à l’œuvre.

À Erquelinnes, le Lions Club Haute Sambre a acheté plus de 500 visières à destination des hôpitaux et autres soignants. Le club service a lancé une action dans tout le pays: il a récolté plus 150.000 euros de dons pour faire face aux besoins engendrés par la crise.

Couturière avec des masques
L’entreprise Textilia fournit à des volontaires des kits pour fabriquer des masques (crédit: L’Avenir)

Des contacts virtuels pour nos aînés

Avec l’interdiction de visites dans les maisons de repos, différentes initiatives ont vu le jour pour que les aînés maintiennent le contact avec leurs proches.

Par exemple, à Thuin, à la maison de repos et de soins Le Gai Séjour, une personne est chargée de réaliser des vidéos-conférences entre les résidents et leur famille, grâce des tablettes mises à leur disposition.

Des entreprises tournent à plein régime pour répondre à la demande

Creaplex, entreprise située à Fleurus, travaille d’arrache-pied pour concevoir des plaques en plexiglas. Elle livre, partout en Belgique, les hôpitaux, les librairies ou encore les entreprises de transport. Si, à la base, elle travaille davantage pour l’événementiel et les salons, elle s’adapte aujourd’hui et fournit des plastiques destinés à protéger les travailleurs du coronavirus.

Uniwan, société informatique basée à Pont-à-Celles, installe des connexions WIFI. De nombreuses entreprises ont dû s’adapter pour permettre aux employés de travailler depuis leur domicile : Uniwan facilite le travail à distance de nombreuses sociétés de manière sécurisée.

Des recherches médicales

De nombreuses biotechs s’investissent également dans la  lutte contre le coronavirus. La société Delphi Genetics, à Gosselies, s’est portée volontaire pour développer un médicament anti-viral : elle pourrait ainsi faire partie du consortium international mis sur pied à cette fin.

Univercells, basée également dans le Biopark Charleroi Brussels South, développe ses recherches pour la production de vaccins sur un nouveau site à Jumet, notamment pour lutter contre le coronavirus.

Essai dans un laboratoire
Univercells développe les recherches sur les vaccins, dont celui pour le coronavirus.

Des citoyens soutiennent les commerces et l’Horeca

Trois jeunes Carolos, Alessandro Pongoli, Aloïs Souris et Loïc Gallot ont lancé un concours afin d’offrir à 3 commerçants de la métropole un site d’e-commerce. Via leur entreprise Ikody, ils créent un outil de vente en ligne de A à Z.

Plusieurs développeurs ont créé Carolo Resto, une application pour commander des plats auprès de restaurateurs carolos. Différents établissements sont inscrits comme la Manufacture Urbaine, le Munchy’s Bar, l’Osteria Romana, Shape’n’go. Malheureusement, cette initiative bien pensée n’a pas pu aboutir.

Un numéro pour soutenir les entrepreneurs

Charleroi Entreprendre a mis à disposition de tous les entrepreneurs  de la Métropole un numéro d’aide (1890 ou 0493 51 16 47). Ce partenaire apporte du soutien dans les démarches administratives,financières et pour toutes autres questions.

D’autres initiatives à découvrir près de chez vous

Malgré le confinement, il est possible, chacun à son niveau, d’aider à lutter contre le coronavirus et de venir en aide à ceux qui en ont besoin. N’hésitez pas à contacter votre commune ou à vous renseigner, notamment sur les réseaux sociaux, pour connaître les nombreuses initiatives qui voient le jour.