5 raisons de suivre le travail de ce jeune designer

5 raisons de suivre le travail de ce jeune designer
5 raisons de suivre le travail de ce jeune designer

Repéré par l’architecte de renom Caroline Notte, Jérémy Descamps, installé à Fontaine-l’Évêque, part à la conquête des galeries d’art sous sa marque, La Fabrique Noire.

1. Il allie métal, pierre et bois

Cet artisan, ancien tourneur-fraiseur industriel, crée des mobiliers depuis 2016. Il refuse que lui soient collées les étiquettes de menuisier, sculpteur ou encore tailleur. Pour lui, il travaille différentes matières, tel un artiste.

J’apprécie beaucoup le jeu entre les différentes textures. Je conçois du mobilier en combinant le bois, le métal et le marbre”, nous explique ce jeune trentenaire. “Le travail est assez complexe. Il faut travailler chaque matière en relation à l’autre afin que la création soit durable”.

rencontre-avec-le-client
Jérémy Descamps discute beaucoup avec le client avant la création du meuble.

2. Il mise sur des matériaux locaux et de qualité

Avant toute création, Jérémy accorde beaucoup d’importance au choix des matériaux. Il favorise les richesses naturelles et locales. Le marbre et le bois viennent des environs : il noue des relations privilégiées avec ses fournisseurs. Le métal provient d’un fournisseur belge.

La Belgique dispose de magnifiques marbres. Malheureusement, ces filières sont souvent peu investies. L’extraction coûte cher. C’est dommage, nous possédons vraiment des matières premières hors du commun”.

travail-sur-la-pierre
La plupart des matériaux viennent de Belgique.

3. Il travaille son identité visuelle dans les moindres détails

Chaque création est unique et répond aux demandes du client ; Jérémy estampille  toutes  ses pièces de La Fabrique Noire.  Les pièces de mobilier créées ont en commun leur sobriété et leur authenticité, et ont pour couleur dominante le noir.

Il travaille par exemple le bois brûlé et le marbre noir de Mazy.

table-de-salon
Cet artisan propose toute une gamme de mobilier, de la table basse à l’armoire.

Perfectionniste, Jérémy pousse son identité dans les moindres détails. Il va jusqu’à soigner le design de ses vis.

Par ailleurs, il certifie son mobilier à travers un certificat délivré sur une feuille de papier noir, signé à l’encre blanche et cacheté à la cire.

4. Il utilise des techniques anciennes

Toutes ses créations sont artisanales. Après un cycle de formation à l’IATA à Namur et à Technifutur à Liège, il développe son savoir-faire au contact de personnes du métier.

J’ai beaucoup appris auprès d’artisans expérimentés. De nombreux gestes se transmettent principalement en observant et par essai-erreur. Je me rends encore régulièrement chez d’anciens tailleurs et menuisiers pour affiner mes techniques”.

Cet artisan apprécie également échanger avec différents corps de métiers. Il tire de ces rencontres des apprentissages riches, au détour de discussions sur des cas très pratiques liés à son activité.

5. Il s’inspire dans ce qui l’entoure

Jérémy puise ses idées au plus proche de lui. Chaque création est unique et se conçoit en fonction du moment présent. Il s’inspire notamment de la nature, de ses propres matériaux bruts, lorsqu’il se rend à la scierie ou à la carrière.

Il trouve aussi son inspiration en s’intéressant au travail d’autres artistes, aux moyens d’expression variés.

cachet-de-l-artiste
Chaque création est certifiée par le créateur et numérotée.

À l’avenir, Jérémy Descamps souhaite intégrer le milieu artistique. Il apprécie la liberté totale que l’art lui procure en termes de créativité. Il a déjà été repéré par des galeries d’art. “Le simple fait de créer ma pièce de A à Z sans contrainte et de trouver un acquéreur qui apprécie cette pièce pour ce qu’elle est m’apporte énormément de satisfaction.

Un talent à découvrir sans tarder.